eetbi


ikerketak.wifeo.com




Koldo Mitxelena / Luis Michelena
 

”No debemos olvidar, sin embargo, que no sería la primera vez que los descubrimientos de textos han demostrado cosas que los lingüistas especializados habían declarado imposibles”
 
Mitxelena, Obras completas, III. Liburukia, PALÆOHISPANICA, 205. orrialdea









Commentaires de Txillardegi
à propos des inscriptions de Veleia


 



 

Euskarari eta Euskal Testuei Buruzko Ikerketak
Recherches sur la langue et les textes basques
Investigaciones sobre la lengua y los textos vascos

 
 


The Bridge over the Nive, & town of Bayonne, 1821.
Lithographie aquarellée sur papier vélin réalisée par Marianne Colston


 
 
   

 


 

2017

 

La Légende d'Aïtor

traduit pour la première fois en basque par Hector Iglesias

138 pages - 140 x 200

ISBN : 9782753904996






*************



2017

A propos de l’origine de quelques noms du Pays basque tels que Aïtor, Aguiar, Chaho, Charo, Coyos, Lara
article consultable et téléchargeable sur 
L'archive ouverte HAL-SHS - Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société

 
 
 
 

Résumé : L'article étudie l'origine de plusieurs noms tels que Coyos, hameau de la province d'Orense en Galice, commune de Pereiro de Aguiar et paroisse de Santa María de Melias. Le hameau est cité par Pascual Madoz dans son célèbre et monumental Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar (Madoz, VII, 1847 : 164).



Laburpena : Zuberoan jatorri toponimikoa duten izen galiziar batzu existitzen dira oraino gaurregun, adibidez Coyos eta Aguiar izenak (azken hau, gainera, oso hedatua den izen galiziarra dugularik), zeinak Galiziako toki-izen zaharrak baitira, Madozek bere Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar delakoan aipatzen dituenak : « Coyos, Ourenseko probintziako herrixka, Pereiro de Aguiar-eko udala eta Santa María de Melias-eko feligresía edo parropia » (Madoz, VII, 1847 : 164).

 

Wikipédia, L'encyclopédie libre

COYOS, hameau1 de la province d'Orense en Galice. Le hameau est cité par Pascual Madoz dans son célèbre et monumental Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar (Madoz, VII, 1847 : 164).

 

 

Le Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar (littéralement « Dictionnaire géographico-statistico-historique de l'Espagne et de ses possessions d'Outre-mer », connu plus simplement sous le titre de « Dictionnaire géographique de l'Espagne »), est une oeuvre monumentale publiée par Pascual Madoz entre 1846 et 1850. Composée de seize volumes, elle contient toutes les localités, hameaux et lieux-dits d'Espagne.


*********







2016

 
CS - meilleure vente
 
 
 





Connaissances et Savoirs, Editions Universitaires, Paris

442 pages - 140 x 200 - 23,95 €
ISBN : 978-2-7539-0315-9



formats Kindle et livre broché disponibles sur
amazon.fr



 


*********


2015


Hector IGLESIAS

Basques et Berbères : comparaisons historico-linguistiques réelles ou imaginaires ?

Presses Académiques Francophones, 86 pages, 22 cm
ISBN : 978-3-8416-3607-2
Sarrbrücken, Allemagne.


 

     


Résumé : Les relations linguistiques entre le basque et le berbère sont-elles réelles ou imaginaires ? Hans Mukarovsky, dans les années soixante, reprit entièrement la question « basco-berbère », tombée un peu dans l'oubli, et cela principalement à la suite des travaux d'Ernst Zyhlarz, un auteur qui au cours des années trente avait affirmé, mais sans toutefois en apporter la preuve, qu'il fallait abandonner les concordances lexicales entre le basque et les langues africaines précisons qu'à l'époque les hypothèses « africanistes » n'étaient guère en vogue en Europe, notamment en Allemagne. Mukarovsky porta ses efforts en direction de la structure interne de ces deux langues. Cela étant, il commit quelques erreurs dans le domaine, entre autres, de la phonétique historique du basque, ce qui invalida une partie de sa démonstration. Pourtant, il paraît encore exister d'autres pistes de recherche qui sembleraient plaider en faveur de la parenté « basco-berbère », des hypothèses de travail inédites que nous allons à présent exposer le plus clairement possible en nous basant pour cela, dans un premier temps, sur les auteurs les plus qualifiés et les plus sûrs en la matière.




*********


http://www.pirenifoto.info/logoEUS-pirenifoto.png

Interview d'Hector Iglesias
à propos des découvertes d'Iruña-Veleia (2009)


 
 
 
 
 


 Etudes Basques - Estudios Vascos   




 

eetbi



ikerketak.wifeo.com






 

Euskarari eta Euskal Testuei Buruzko Ikerketak
Recherches sur la langue et les textes basques
Investigaciones sobre la lengua y los textos vascos

 

 



The Bridge over the Nive, & town of Bayonne, 1821.
Lithographie aquarellée sur papier vélin réalisée par Marianne Colston







 



 

jadanik déjà  visiteurs bisitari

Coyos (de Santa María de Melias)

 

Coyos ou Coios [archive] (cette dernière constituant l'actuelle orthographe galicienne officielle), localité et toponyme historiques de la province d'Orense1 en Galice, feligresía de Santa María de Melias [archive]. Le nom est cité par Pascual Madoz dans son célèbre et monumental Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar (Madoz, VII, 1847 : 1642) ainsi que dans l'imposante Geografía General del Reino de Galicia [archive] (X, 1980 : 31 ; 330).

Origine et signification du nom

Les toponyme et patronyme3 Coyos sont issus du terme galicien (inexistant en castillan) coio, « fragment de roche, caillou à l’aspect arrondi et lisse dû à l'érosion »4, le nom galicien Coyos [archive] ou Coios [archive] signifiant en conséquence « (lieu de) cailloux à l’aspect arrondi (cf. esp. “terreno acarreo compuesto de cantos rodados cuarzosos (coyos)”)5 ».

Hameaux de la paroisse de Santa María de Melias [archive]

  1. Agra
  2. Casdemiro
  3. Cima de Vila
  4. Coyos ou Coios
  5. O Condado
  6. Frieira
  7. Lama Grande
  8. Martiñá
  9. Ouriz
  10. Peteiras
  11. Val
  12. Ventosela
 

Notes et références

  1. Iglesias, Hector (les travaux et les publications de cet auteur sont consultables sur le site Euskal Ikasketak. EETBI Euskarari eta Euskal Testuei Buruzko Ikerketak. ikerketak.wifeo.com) [archive], « A propos de l’origine de quelques noms du Pays basque tels que Aïtor, Aguiar, Chaho, Charo, Coyos, Lara [archive] », L'archive ouverte HAL-SHS - Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société [archive],‎ , p. 1-13 (lire en ligne [archive])
  2. Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, VII, 1847, p. 164 [archive]. De nos jours Santa María de Melias - CP 32711 : Habitan 447 persoas e 139 familias. A capital ourensá está a 10 km. Atópase á beira do Miño, cun fermoso val. Limita ó norte co río ; ó este con Ribiacós (Nogueira) ; ó sur con San Miguel do Campo (Nogueira) e ó Oeste co Miño. Os lugares son : Agra, Casdemiro, Cima de Vila, O Condado, Frieira, Lama Grande, Martiñá, Peteiras, Val, Ventosela, Coios e Ouriz [archive].
  3. Aydillo San Martín, Julián, Pueblos y apellidos de España : Diccionario Etimológico [archive], 2006, Editorial Club Universitario, p. 97.
  4. Diccionario da Real Academia Galega [1] [archive] : « coio, substantivo masculino : Pedra dura e pequena, particularmente a que está arredondada e lisa pola erosión. Agarrou un coio do camiño e tiroullo ao can. SINÓNIMOS : bocha, callao, canto, cañó, croio, pelouro, riarengo, seixo, xoga ».
  5. Geografía General del Reino de Galicia [archive] (Risco, X, 1980 : 31)
 

Falaises de la Côte des Basques de Biarritz autrefois

 

Luis Michelena escribía en 1953
Koldo Mitxelenak idazten zuen 1953an

”No debemos olvidar, sin embargo, que no sería la primera vez que los descubrimientos de textos han demostrado cosas que los lingüistas especializados habían declarado imposibles”
 
Mitxelena, Obras completas, III. Liburukia, PALÆOHISPANICA, 205. orrialdea.



quelques articles de recherche d'Hector Iglesias

La parenté de la langue berbère et du basque :
nouvelle approche


également

Le fleuve Magrada
 

 
 

 
 
Vue du port de Bayonne prise de la place du Saint-Esprit
 


 

Arrantzaleak bale bat arpoiaz jotzen
Pêcheurs harponnant une baleine



ScientificCommons 

Publikationsansicht
 



Les inscriptions de Veleia-Iru
ñ
a (2009)   


 

 Abstract

La découverte au cours des années 2005 et 2006 sur le site archéologique de Veleia-Iruña, dans la région de Vitoria, province basque d'Alava, d'inscriptions rédigées, les unes manifestement en latin populaire et tardif, et les autres assurément en basque, ou plus exactement en « proto-basque », des inscriptions datant selon toute vraisemblance du IIIe siècle de notre ère, voire d'une période allant du IIe au IVe siècle, a déclenché en Espagne une polémique des plus curieuses.Cette polémique, qui vue de France, ou de quelque autre pays européen, pourra surprendre, tant sur la forme que sur le fond, le spécialiste mais également le simple curieux intéressé par ces questions savantes, a pris une ampleur inhabituelle dans le monde de la recherche scientifique, du moins telle qu'on la conçoit en Europe occidentale. En effet, le déroulement de cette affaire, dont la presse, principalement basque et espagnole, s'est largement emparée, est à bien des égards, comme nous allons le constater à présent, tout à fait extraordinaire.


Details der Publikation
Download HAL:http://artxiker.ccsd.cnrs.fr/artxibo-00423946/en/, http://artxiker.ccsd.cnrs.fr/docs/00/42/39/46/PDF/artxiker_Veleia.pdf
Herausgeber HAL - CCSD
Archiv CCSd/HAL : e-articles server (based on gBUS) (France)
Keywords [SHS:LANGUE:HIST] Humanities and Social Sciences / Linguistics / History of the Language, Veleia-Iruña, inscriptions, latin populaire, « proto-basque »
Typ text
Sprache Französisch



 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement