Le Pays basque méridional
au début de notre ère
 
 
 
Hispaniae veteris descriptio, 1657
Amstelodami apud Joannem Janssonium ; Abraham Goos sculpit

 
 

 

 

 PTOLÉMÉE ou Claudius Ptolemaeus, communément appelé Ptolémée, parfois Ptolémaïs de Thébaïde, né en Egypte sans qu’on sache quelles furent précisément ses dates de naissance et de mort ; probablement entre 100 et 170 après Jésus-Christ. Il fut un des derniers grands astronomes et géographes de l’Antiquité. C’est avec lui que la synthèse géographique des connaissances de l’époque atteignit son degré le plus achevé

Les Vardules : exposé histo-rique et linguistique concernant les « Guipuzcoans » de l'Antiquité et quelques autres peuples de l'Hispania et de l'Aquitania de l'époque romaine, RPA, Revista Portuguesa de Arqueologia, vol. 11, n° 1, pp. 159-170.

Ancêtres des actuels Guipuzcoans. — Gardes du corps « espagnols » d’Auguste, Jules César, Cassius et Marius. — Les gardes fanatiques de Marius. — La question illyrienne : problèmes et conjectures. — Les origines illyriennes de certains peuples ibériques. — Les Illyriens de l’Adriatique. — Les Bardules de Lusitanie. — Etymologie de l’ethnonyme « Vardul- » / « Bardul- ». — Bardus : nom d’un ancêtre éponyme, mythique ou réel, des Vardules. — Les Vardules disparaissent. 

 

 

 
Le Pays Basque au début de notre ère
Pierre Bertius (1565-1629). Cartographe.

Orbis terrarum, ex mente Pomponii 

Imago Romani imperii / S.SP. et D.N. Clementi XI P.O.M. Rom. Imp. imagin. Hier. Andreas Martignonus D.D.D., Barth. Ioseph Tasniere sculp. Taurini 1718  

 

 

 

Les présumés ancêtres des actuels Guipuzcoans étaient connus dans l’Antiquité sous le nom de Vardules. Strabon, dont l’œuvre se base en grande partie sur les écrits de Posidonius d’Apamée qui rédigea une partie de son ouvrage vers 72 avant Jésus-Christ, mentionne en effet les « Bardyètes, qu’on appelle aujourd’hui Vardules ». Les Vardules ou Bardyètes auraient également été appelés, comme on le verra par la suite, Bardyéens. Ces derniers sont notamment connus pour avoir, entre autres, formé la garde personnelle du célèbre général et homme politique romain Marius. 

 


 

 

Biscaia et Guipuscoa Cantabriae veteris pars, 1643

mis en lumière par Guillaume & Jean Blaeu 

 

Résumé

In passage très connu de l'ouvrage de Pomponius Méla concernant le littoral « guipuzcoan » durant l'Antiquité est ici examiné de manière approfondie. 

  

Laburpena

Ponponio Melaren obraren pasarte bat oso ezaguna dena, antzinateko « gipuzkoar » itsasbazterrari buruzkoa, aztertzen da hemen sakonki.

 

Resumen 

Se examina aquí en profundidad un pasaje muy conocido de la obra de Pomponio Mela relativo al litoral « guipuzcoano » durante la Antigüedad.  

 

 

MÉLA ou Pomponius Mela est le plus ancien géographe romain connu. C’est un « Espagnol », au sens classique du terme, c’est-à-dire un individu originaire des Hispaniae ou des Espagnes, ou plus exactement originaire de la localité de Tingentera, ou encore Iulia Traducta, comme il l’indique lui-même, bourgade qu’on s’accorde à situer près de l’actuelle ville de Tarifa, en Andalousie. Egalement connu sous le titre latin de De situs orbis, son ouvrage, une Chorographia, c’est-à-dire une sorte de géographie régionale faisant une grande part à l’art de la description tant physique et humaine qu’historique, constitue la plus ancienne description géographique du monde en langue latine qui nous soit parvenue. On a vu dans cette œuvre, en raison de sa brièveté, une sorte d’ouvrage de vulgarisation s’adressant à un large public et achevé probablement à la fin de 43 ou au début de 44 après Jésus-Christ.

 

La localisation d’un fleuve situé durant l’Antiquité en territoire vardule et appelé Magrada n’a jamais pu être menée à bien et son emplacement reste jusqu’à ce jour une énigme. C’est en effet Pomponius Mela qui, au début de notre ère, mentionne pour la première fois, dans sa Chorographie, l’existence de ce fleuve appartenant aux Bardyètes ou Vardules. Cet ouvrage fut rédigé probablement au début de l’année quarante-trois après Jésus-Christ, sous le règne de l’empereur Claude. Pour comprendre l’intérêt et les nombreux problèmes que pose cette œuvre en ce qui concerne la description d’une partie du littoral basque, ainsi que les controverses qu’elle n’a pas manqué de provoquer, il est nécessaire d’en relater brièvement l’histoire.

 





 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement